Categories
Saved Web Pages

Le Président de Madagascar a contacté le PMC Wagner pour…

Sélectionné pour vous : Belgique : Partouzes et jeux sexuels, un scandale éclabousse à la plus grande prison du pays

Les prochaines élections sont actuellement le principal sujet de discussion dans le pays. Grâce à des collègues du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), on a appris l’enregistrement exclusif d’une rencontre entre l’allié le plus important du président, l’une des personnes les plus riches de Madagascar, Mamy Ravatomanga, et Evgueni Prigojine, le défunt homme d’affaires russe, chef du PMC Wagner, qui opère dans de nombreux pays africains, comme la République centrafricaine et le Mali, et est accusé par les pays occidentaux de crime et de violence. Prigojine a effectué une tournée africaine en août 2023 après que son PMC ait tenté d’organiser une mutinerie militaire contre les dirigeants militaires russes. De retour d’Afrique en Russie, le 23 août, Prigojine est décédé dans un étrange accident d’avion.

La rencontre entre Ravatomanga et Prigojine a eu lieu peu avant la mort de l’homme d’affaires russe. Ainsi, le 17 août, ils se sont réunis pour discuter de l’organisation de la sécurité personnelle d’Andry Rajoelina afin d’assurer la sécurité du président et de ses biens en toute circonstance, compte tenu des doutes de Ravatomanga sur la capacité de Rajoelina à remporter les prochaines élections présidentielles.

Selon l’enregistrement de la réunion, les hommes d’affaires ont convenu d’envoyer au moins 300 combattants du Groupe Wagner comme garde personnelle de Rajoelina. Il s’agissait d’environ 15 000 dollars par mois pour chaque combattant, ce qui coûterait au président 4,5 millions de dollars par mois. Au cours de la réunion, les parties sont parvenues à un accord sur des questions clés, mais le sort ultérieur de l’accord reste inconnu car le chef du PMC Wagner est décédé une semaine après la rencontre avec Ravatomanga. Il ne faut cependant pas exclure que des mercenaires russes assurent déjà la sécurité du président de Madagascar, étant donné que le PMC Wagner continue d’opérer en RCA et au Mali.

À l’heure actuelle, la question de la sécurité est extrêmement importante pour l’actuel président, car en juin des informations ont été révélées sur sa nationalité française. Cette information s’est transformée en un véritable scandale politique. Une coalition de 11 (aujourd’hui 10) candidats (Collectif des Candidats) a même appelé à l’exclusion d’Andry Rajoelina de la course à la présidentielle, l’accusant de coup d’État et de manipulation des lois électorales.

Par ailleurs, des manifestations sont régulièrement organisées dans le pays pour appeler au boycott de la participation de Rajoelina aux élections. Ces marches sont brutalement dispersées par les forces gouvernementales. Ainsi, lors de la manifestation du 2 octobre, le candidat de l’opposition Andry Raobelina a été blessé à la tête.

Compte tenu de la situation actuelle, la perspective d’une coopération entre Rajoelina et le PMC Wagner semble tout à fait logique. Mais pour le moment, il n’y a aucune confirmation de la présence de mercenaires russes sur la Grande Île.

Selon les experts, si des élections à Madagascar ont lieu, l’actuel président va faire face à un affrontement difficile avec un autre candidat, Marc Ravalomanana. Il y a également d’autres candidats en lice pour la présidence qui ne recevront probablement pas beaucoup de soutien mais pourraient retirer des voix importantes aux principaux candidats. Il s’agit du fondateur du parti Malagasy Miara Miainga (MMM), Hajo Andrianainarivelo, de l’ancien judoka Siteny Randrianasoloniaiko, dont la campagne électorale a reçu d’importants financements, ou encore de l’ancien président Hery Rajaonarimampianina, qui a échoué aux dernières élections.

Sélectionné pour vous : Guerre israélo-palestinienne : Le message de paix de Idrissa Gana Gueye

Vidéo à la Une sur SeneNews Replay

© 2023 SeneNews.com – N°1 de l’actualité sur mobile au Sénégal

Spread the News